Un goût pour la diversité des savoirs : parcours d’un luthier fils de luthier devenu archetier

 

L’archetier et  luthier Pascal Camurat à l’établi, Montpellier, 2022 (coll. particluière P. Camurat)

Pascal Camurat débute sa formation de luthier à 19 ans, en 1979, à l’école de lutherie de Mittenwald en Allemagne où il restera 3 ans et demi. Ce métier lui est familier car c’est celui de son père, Jacques Camurat, luthier à Paris.

Pour entamer le récit de son parcours, Pascal Camurat choisit de commencer par celui de son père Jacques. Ce dernier, dont la famille est originaire de Montluçon, est né en 1927 à Madrid et a grandi en Espagne où ses parents travaillaient.

Paraphe dans un violon du luthier Jacques Camurat (collection part. de P. Camurat)

Il a réalisé sa formation de luthier en France en trois temps, chez Jean Bauer (à Angers), chez Marcel Vatelot (à Paris), puis chez Amédée Dieudonné (à Mirecourt). Il s’établit dans les années 1960 à Paris.

I – Ça a bien fonctionné  (Pascal Camurat, extrait d’enquête HCH_Série3_002)

Chevalet Jacques Camurat (coll. particulière P. Camurat)

Les deux fils de Jacques Camurat deviendront luthiers. L’aîné, Bernard, tout dernier apprenti de Jean Eulry, travaille dix ans à Los Angeles avant de revenir à Paris en 1990. De son côté, Pascal Camurat, après Mittenwald, évolue entre Paris, Los Angeles, Londres, et enfin prend goût à l’archèterie en se formant en 1985 dans l’atelier de Stéphane Thomachot.

II. L’archèterie (Pascal Camurat, extrait d’enquête n°03_002)

Dans les années 1990, Pascal Camurat exerce à part égale ses deux spécialités de luthier et d’archetier. A l’atelier, le travail s’organise autour des activités de réparation et d’entretien le matin tôt à partir de 6h, puis de la fabrication d’archets et de violons.

Archets de violon de Pascal Camurat, modèle Tourte (coll. part. P. Camurat)

III- Tôt le matin rue de Rome (Pascal Camurat, extrait d’enquête n°03_002)

Contrairement à beaucoup d’ateliers dans les années 1970, la maison Camurat fait du « neuf » et produit beaucoup d’instruments.

Dix ans plus tôt, en pleine crise de la lutherie, tandis que les violons ne trouvaient plus acquéreur, le père de Pascal Camurat vendait des guitares espagnoles qu’il n’hésitait pas à exposer en vitrine, alors que ses confrères luthiers ne mettaient en avant que les instruments du quatuor à cordes frottées. Jacques Camurat a été le premier importateur de guitares Ramirez à Paris.

IV- Les guitares (Pascal Camurat, extrait d’enquête n°03_002)

Le commerce des guitares est un succès et permet à la maison Camurat de fabriquer des violons neufs.

V– Le luxe de fabriquer des violons (Pascal Camurat, extrait d’enquête n°03_002)

Violon de Pascal Camurat, 2021 (coll. part. de P. Camurat)

Pascal Camurat évoque la liberté de son père par rapport à la posture rigide de la lutherie française. Il a transmis son goût pour la création à tout l’atelier et à ses fils, incités à se former selon des méthodes différentes.

VI- L’allégresse à fabriquer (Pascal Camurat, extrait d’enquête n°03_002)

L’atelier qui rassemble des luthiers aux formations variées (Mirecourt, Crémone, Mittenwald…) est un lieu d’échanges stimulants.

VII – ça faisait des étincelles (Pascal Camurat, extrait d’enquête n°03_002)

Onglet, violon de Pascal Camurat (coll. part. P. Camurat)

Pascal Camurat rentre de Londres en 1986 et travaille 4 ans à l’atelier chez son père qui prend sa retraite en 1990.  Il gère l’atelier de la rue de Rome pendant 10 ans et décide en 2000 de s’installer dans le sud de la France, à Montpellier, où les luthiers sont déjà nombreux. Il s’établit alors en tant qu’archetier tout en fabriquant de temps à autre un violon.

VIII – Plus facile de vendre des archets que des violons (Pascal Camurat, extrait d’enquête n°03_002)

Il explique comment il est venu à l’archèterie.

IX – 50 baguettes par an (Pascal Camurat, extrait d’enquête n°03_002)

Archet modèle Tourte de Pascal Camurat, 2021 (coll. particulière de P. Camurat)

De sa formation à Mittenwald, il souligne la qualité de l’enseignement, rigoureux et complet.

X – L’école de Mittenwald (Pascal Camurat, extrait d’enquête n°03_002)

Les élèves faisaient du dessin technique, apprenaient également la réparation et le vernis. Tous passaient automatiquement dans la classe supérieure.

XI – Le dessin technique (Pascal Camurat, extrait d’enquête n°03_002)

Dans son parcours entre Paris, Los Angeles chez Weisshaar et Londres chez Beare, Pascal Camurat a pu voir de magnifiques instruments. Il évoque deux violons qui l’ont particulièrement inspiré et dont il décrit le style de manière expressive et métaphorique.

XII – Amati et jeune Strad (Pascal Camurat, extrait d’enquête n°03_002)

En tant qu’archetier à Montpellier, il propose plusieurs catégories d’archets et l’assume pleinement, du haut de gamme à une catégorie « alimentaire » qui marche bien.

XIII – Plusieurs gammes d’archets (Pascal Camurat, extrait d’enquête n°03_002)

La famille Camurat a ainsi reproduit sur deux générations le modèle successoral privilégié dans la tradition luthière, c’est-à-dire la transmission du métier de père en fils.

Tandis que la crise de l’après 2e guerre mondiale a contraint beaucoup d’ateliers de lutherie à fermer et qu’elle a interrompu la continuité des dynasties luthières originaires de Mirecourt, cette nouvelle lignée de luthiers s’est construite à partir de Paris. Une tendance que l’on va retrouver dans les années 1980 chez les « nouveaux luthiers ».

Atelier de Pascal Camurat, Montpellier, 2021

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été en partie déposé à la phonothèque de la MMSH et pour la collection complète au Musée de la lutherie de Mirecourt. 

Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad a poursuivi ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt. Aujourd’hui, un nouveau phénomène apparaît : les descendants des nouveaux luthiers commencent à recréer des lignées de luthiers, réactivant le critère de la filiation comme facteur d’orientation professionnelle, dans un contexte cependant très différent de celui de la première moitié du XXe siècle.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Camurat, Pascal (locuteur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). “Un goût pour la diversité des savoirs : parcours d’un luthier fils de luthier devenu archetier”, Mirecourt (Congrès du GLAAF), 2  juillet 2021. Enregistrement numérique : 51 min (Enquête hch_serie3_002). In Carnet de recherche : Le métier de luthier ISSN 3002-6091

 Crédits photographiques : Pascal Camurat ; Source : Enquête sur les “Nouveaux luthiers”, 2012-2023. 

Entre harpes, clavecins, violons et archets : parcours d’un luthier archetier oeuvrant pour le partage des savoirs

Jean-Yves Tanguy à l’établi, Caen, années 1990 (coll. particulière J-Y Tanguy)

Jean-Yves Tanguy fait partie des « nouveaux luthiers », venu à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Il s’intéresse dès l’adolescence à la musique traditionnelle, aux harpes celtiques et aux luths. Dans sa famille, il acquiert le goût de la musique (chant, flûte, piano). Alors qu’il est étudiant à Paris, il visite des ateliers d’instruments divers.

  1. Psaltérion, luths et théorbes (Jean-Yves Tanguy, extrait d’enquête n° 03_001)

Il décide de se former à Paris durant trois ans à la restauration des harpes anciennes, puis des violons dans l’atelier de François Perrin, lui-même formé à la méthode mirecurtienne.

  1. De harpe en violon  (Jean-Yves Tanguy, extrait d’enquête n° 03_001)

Il évoque la manière de transmettre et d’avancer. Il échange aussi avec d’autres luthiers et archetiers, notamment ceux qui ne sont pas passés par Mirecourt.

  1. Il fallait tout trouver (Jean-Yves Tanguy, extrait d’enquête n° 03_001)
Jean-Yves Tanguy à l’établi, Caen, après 1984

Au hasard d’une rencontre avec un luthier tchèque, Jean-Yves Tanguy part en 1980, à 23 ans , faire un stage de deux mois à Luby U Chebu (district de Cheb) en Tchécoslovaquie, dans une région aujourd’hui scindée entre trois frontières, qui fut dès la fin du XVIIe siècle un haut lieu de la lutherie et de la musique.

  1. A Luby (Jean-Yves Tanguy, extrait d’enquête n° 03_001)

Il a le sentiment d’avoir beaucoup appris dans cet atelier tchèque où il fabriquera son premier violon.

  1. Une main formidable (Jean-Yves Tanguy, extrait d’enquête n° 03_001)

Il est ensuite accueilli de 1981 à 1984 par Frédéric Becker, formé à Cremone et qui faisait de la réparation et entretien d’archets pour divers ateliers parisiens, et aussi du neuf en lutherie.

  1. L’attirance pour les archets (Jean-Yves Tanguy, extrait d’enquête n° 03_001)
Le luthier et archetier Jean-Yves Tanguy à l’établi, Caen, vers 2004-05 (coll. particulière J-Y Tanguy)

Pour sortir de l’idée que seuls les instruments anciens sont de qualité supérieure, il contribue en 1982 à la création de l’ALADFI (Association des Luthiers et Archetiers pour le Développement de la Facture Instrumentale) et au mouvement des jeunes luthiers qui veulent valoriser la facture instrumentale contemporaine.

7- Valoriser le neuf (Jean-Yves Tanguy, extrait d’enquête n° 03_001)

L’ALADFI propose une approche du métier basée sur le partage des connaissances plutôt que sur leur rétention. Ces échanges et cette émulation ont fait progresser la lutherie et ont fini par convaincre certains musiciens, d’autant que le prix des instruments anciens devenait inaccessible.

8- Convaincre les musiciens (Jean-Yves Tanguy, extrait d’enquête n° 03_001)

En 1984, Jean-Yves Tanguy s’établit à Caen, au moment même où se tient le congrès du GLAAF (Groupement des Luthiers et Archetiers d’Art de France). Il embauche ensuite plusieurs assistants, certains formés à Mirecourt. Ces derniers développent la fabrication des instruments neufs et signent leurs propres oeuvres.

Jean-Yves Tanguy dans son atelier avec Joël Klepal, Caen, octobre 2004 (Coll. particulière J-Y Tanguy)
Le luthier et archetier Jean-Yves Tanguy avec Joël Klépal et Antoine Lescombe, Caen, 2009_(coll part. J-Y Tanguy)

Lui-même a peu de temps pour faire des instruments. Il se spécialise dans les archets baroques. Après avoir cédé son atelier (“Les éclisses”) à Antoine Lescombe en 2018 , il se consacre pleinement à la fabrication et à la reconstitution d’archets historiques, ce qui nécessite des recherches car la lutherie d’avant 1800 est peu documentée.

Le luthier et archetier Jean-Yves Tanguy à l’établi, Caen, vers 2015 (coll. particulière J-Y Tanguy)

Il dispose à domicile d’une salle de musique et d’un atelier qui lui donnent la possibilité de recevoir ses collègues et d’organiser avec eux des stages pour se perfectionner ensemble sur certains aspects du métier. La convivialité est la clé de ce partage professionnel enrichissant.

Atelier du luthier et archetier Jean-Yves Tanguy  (photo J-Y Tanguy)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été en partie déposé à la phonothèque de la MMSH et pour la collection complète au Musée de la lutherie de Mirecourt. 

Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad a poursuivi ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt. Aujourd’hui, un nouveau phénomène apparaît : les descendants des nouveaux luthiers commencent à recréer des lignées de luthiers, réactivant le critère de la filiation comme facteur d’orientation professionnelle, dans un contexte cependant très différent de celui de la première moitié du XXe siècle.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Tanguy, Jean-Yves (locuteur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). “Entre harpes, clavecins, violons et archets : parcours d’un luthier archetier oeuvrant pour le partage des savoirs”, Mirecourt (Congrès du GLAAF), 2 juillet 2021. Enregistrement numérique :  42 min (Enquête hch_serie 03_001).

 Crédits photographiques : Jean-Yves Tanguy (coll. particulière) ; Source : Enquête sur les “Nouveaux luthiers”, 2012-2023.

 

L’indispensable persévérance : parcours intercontinental d’une luthière pour se former entre les ateliers

La luthière Elsa Lallemand à l’établi, Atelier Hommel, Marseille, 11 avril 2023

Elsa Lallemand est née et a grandi à Montpellier. Elle débute sa formation luthière à 21 ans en 2009. Elle fait partie des « nouveaux luthiers » venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Elle débute l’apprentissage du violon dès l’âge de 6 ans, initiée d’abord à la pratique sur des répertoires de musique traditionnelle.

  1. Apprendre la musique d’abord à l’oreille (Elsa Lallemand, extrait de l’enquête hch_serie3_004)

Ce n’est que plus tard dans une école de jazz qu’elle apprendra la lecture des partitions. Elle dit à quel point la musique et le plaisir de jouer dans des groupes ont été importants pour elle.

2. L’apport de la musique (Elsa Lallemand, extrait de l’enquête hch_serie3_004)

Atelier Hommel, Marseille, 11 avril 2023

Après son bac et un mois d’université, elle préfère s’orienter vers la lutherie. N’ayant aucune expérience du bois, elle se prépare pendant un an pour être admise à l’école de Mirecourt, en faisant des stages dans des ateliers de lutherie (Becker, Camurat). A Mirecourt, elle constate que certains de ses camarades ont déjà de solides acquis.

3.  Beaucoup de motivation mais peu d’expérience (Elsa Lallemand, extrait de l’enquête hch_serie3_004)

Elle décrit ses trois années passées à l’école. Les classes sont chargées car il y a des redoublants, ce qui réduit les possibilités d’accompagnement des élèves. Elle doit redoubler la 2e année.

4.  Accompagnement des élèves (Elsa Lallemand, extrait de l’enquête hch_serie3_004)

Certains élèves sont éliminés du cursus. C’est son cas à l’issue de sa 3e année passée à Mirecourt.

5. S’épanouir en dehors de l’école (Elsa Lallemand, extrait de l’enquête hch_serie3_004)

Atelier Hommel, Marseille, 11 avril 2023

L’acquisition des compétences utiles pour exercer ce métier exige beaucoup de persévérance, une remarque qui d’ailleurs revient souvent dans les enquêtes menées sur les parcours de luthiers, appartenant aux générations anciennes autant que récentes.

  1. Beaucoup de persévérance (Elsa Lallemand, extrait de l’enquête hch_serie3_004)
Elsa Lallemand à l’établi, Marseille, 11 avril 2023

Sortie de l’école en 2012, Elsa Lallemand se donne un an pour trouver une embauche ou abandonner la profession. Elle alterne les stages de lutherie et un travail alimentaire. Elle fait un essai dans un atelier aux Etats-Unis.

7. New Heaven (Elsa Lallemand, extrait de l’enquête hch_serie3_004)

Le poste ne correspondant pas à son profil, elle revient en France où elle enchaîne des stages dans différentes villes. A Lyon le luthier Christian Charlemagne chez lequel elle a fait deux stages la recommande à un confrère, Vincent Gonthier, installé à Hong Kong. Celui-ci cherche un assistant pour son atelier qui fait de la haute restauration et de la réparation.

8. Un petit atelier au centre de Hong Kong (Elsa Lallemand, extrait de l’enquête hch_serie3_004)

Elsa Lallemand à l’établi, Marseille, 11 avril 2023

Elle y reste un peu plus de deux ans. Professionnellement, ce séjour est très formateur.

9. De très beaux instruments à voir et à restaurer (Elsa Lallemand, extrait de l’enquête hch_serie3_004)

Suite à des problèmes inextricables de visa, elle doit repartir, finalement plutôt satisfaite de quitter l’étrange microcosme formé par les nombreux étrangers de Hong Kong qui travaillent à la Bourse, à la banque ou dans les produits de luxe. Après l’envoi de son CV à l’Aladfi (Association des luthiers et archetiers pour le développement de la facture instrumentale), elle trouve rapidement du travail dans le domaine de la restauration, réparation, location, chez le luthier Philippe Miteran installé à Bourg-la-Reine depuis 1983. Elle y reste 4 ans.  Puis elle part travailler avec Jean-Baptiste Ferrier dans l’atelier Cordes et âme, rue de Rome à Paris, beaucoup plus proche de chez elle. Mais 5 mois plus tard, elle se rapproche du sud en intégrant l’atelier Hommel à Marseille en juin 2020.

10. Revenir dans le sud (Elsa Lallemand, extrait de l’enquête hch_serie3_004)

Elle apprécie les conditions de travail dans ce bel atelier familial. Elle énumère les tâches qu’elle accomplit dans ce cadre.

11. Location, réparation, restauration (Elsa Lallemand, extrait de l’enquête hch_serie3_004)

Pour conclure, Elsa Lallemand estime qu’elle a bien fait de se donner le temps utile pour savoir si exercer ce métier de luthière était possible malgré les obstacles.

Elsa Lallemand, Marseille, 11 avril 2023

Une précision est rajoutée sur la proportion filles / garçons de l’année de préparation à l’école de lutherie de Mirecourt en 2009, montrant la nette féminisation des candidatures à cette orientation professionnelle.

12. Plus de filles que de garçons (Elsa Lallemand, extrait de l’enquête hch_serie3_004)

Elsa Lallemand, Marseille, 11 avril 2023

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été en partie déposé à la phonothèque de la MMSH et pour la collection complète au Musée de la lutherie de Mirecourt. 

Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad a poursuivi ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt. Aujourd’hui, un nouveau phénomène apparaît : les descendants des nouveaux luthiers commencent à recréer des lignées de luthiers, réactivant le critère de la filiation comme facteur d’orientation professionnelle, dans un contexte cependant très différent de celui de la première moitié du XXe siècle.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Lallemand, Elsa (locutrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). ” L’indispensable persévérance : parcours intercontinental d’une luthière pour se former entre les ateliers”, Marseille, 11 avril 2023. Enregistrement numérique : 33 min (Enquête hch_serie3_004).

 Crédits photographiques : Hélène Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les “Nouveaux luthiers”, 2012-2023.

L’archèterie au féminin : un grand défi des années 1970

L’archetière Sylvie Masson à l’établi, Paris, février 2016

Sylvie Masson débute sa formation d’archetière en 1973 à 15 ans. Elle fait partie des « nouveaux » luthiers et archetiers, venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes, mais par un concours de circonstances. Son père, musicien professionnel, l’amène un jour à Mirecourt.

  1. Découverte de Mirecourt (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Un ami luthier leur fait visiter deux ateliers, l’un de lutherie et l’autre d’archèterie. Sylvie Masson qui a 14 ans est impressionnée par le métier d’archetier, capable de transformer une simple baguette de bois en archet raffiné.

2. Devenir archetière ? (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Ce qui la captive notamment est l’utilisation d’une grande variété de matériaux.

3. Travailler des matières variées (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

L’archetière Sylvie Masson découpant une peau de lézard noir, Paris, juin 2016

A la fin de son année scolaire de 3e, elle décide de s’orienter vers l’archèterie.

4. Un métier censé convenir aux filles ? (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Mais la direction de l’Ecole de Mirecourt ne lui laisse pas passer les tests d’admission de cette 2e promotion d’archetiers, sans que la raison en soit très claire. Elle se représente l’année suivante et est admise dans la 3e promotion. Elle raconte sa rentrée effectuée dans un contexte très particulier.

5. Une fille en archèterie (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Sylvie Masson décrit l’organisation de l’atelier et sa situation spéciale en tant que fille.

6. Quand je levais le nez, il baissait la tête (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016

Pour ne pas prendre de retard, elle doit en quelque sorte contourner le maître dont l’attitude l’intimide trop pour oser lui poser des ques- tions et avancer dans son travail. Elle se fait aider par un camarade d’atelier, Benoit Rolland, de la 1e promotion .

7. Contourner le maître (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

La différence de traitement entre fille et garçon n’est pas forcément ressentie par les garçons.

8. La différence de traitement (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Sylvie Masson se souvient que le maître lui a dit lui-même qu’elle était la première femme à fabriquer un archet complet.

9. La première archetière (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

L’archetière Sylvie Masson à l’établi, Paris, février 2016

Lorsqu’elle s’installe à Paris en 1978, elle féminise le mot «archetier» sur son enseigne.

10. Archetière, ça n’existe pas (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Enseigne de l’atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016

Le terme même d’« archetier » ne figure pas encore dans le diction- naire et sera introduit plus tard grâce à la démarche de Charles Al- fred Bazin.

11. Le Larousse plus féministe que les archetiers (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Après deux ans à l’Ecole de Mirecourt, le passage en 3e année lui est refusé. Le jeune archetier Benoit Rolland, formé lui-même à l’école par Bernard Ouchard, lui propose alors de continuer sa formation dans son atelier, ce qu’elle va faire, en suivant par ailleurs des cours du soir en photographie. L’archetier Roger Lotte à Mirecourt accepte ensuite de parfaire sa formation.

12. Se former hors de l’Ecole (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Rabots, atelier de S. Masson, Paris, 2016

Ces obstacles finalement n’ont fait que raffermir la volonté de Sylvie Masson de devenir archetière. Elle évoque les différentes méthodes d’enseignement qu’elle a reçues.

13. Les méthodes d’enseignement (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

En examinant des archets anciens de maîtres réputés dans un ate- lier, elle prend la mesure de la qualité exigée par Bernard Ouchard dans son enseignement.

14. L’exigence de perfection (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Le rôle du professeur-maître qui tétanise ses élèves lui paraît appartenir au passé.

15. Le professeur-maître (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Atelier de Sylvie Masson

Sylvie Masson revient sur la dureté de cette formation tout en re- connaissant son efficacité dans l’excellence de la transmission du métier qui s’illustre par les nombreuses récompenses profession- nelles obtenues par les élèves de Bernard Ouchard.

16. Les médailles (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Après avoir travaillé quelques mois à Genève chez le luthier Pierre Dalphin, elle revient en France et fait de la sous-traitance pour les luthiers parisiens en réparant des archets. Elle a l’opportunité de louer un atelier dans le quartier des luthiers (autour de la rue de Rome à Paris) et s’y installe. Elle a 20 ans. Elle s’assure une clientèle régulière en faisant de la réparation et de l’entretien.

Atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016

C’est suite à la commande d’un archet baroque qu’elle se lance dans le neuf. Elle élabore son modèle, appréciant une liberté de concep- tion que ne permettrait pas la fabrication d’un archet moderne.

17. Fabrication d’un archet baroque (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Etant la seule à Paris à fabriquer des archets baroques, elle se fait une réputation dans ce domaine, mais fabrique ensuite tous types d’archets.

18. La réputation (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016

Elle évoque la qualité et les propriétés des bois utilisés en archèterie (amourette, bois de fer, pernambouc) selon les époques, les instru- ments et les répertoires.

19. Les bois d’archèterie (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Il n’y a pas de groupement professionnel spécifique aux archetiers (dont elle estime le nombre actuel à environ 70 en France). Ils sont regroupés avec les luthiers au sein du GLAAF. Sylvie Masson a été présidente de ce groupement de 2012 à 2015. A ce titre, elle a reçu les archives du luthier Charles Enel communiquées par son petit-fils. Elle en détaille le contenu.

20. Les archives de Charles Enel (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Il y a un certain nombre d’archetières aujourd’hui. Sylvie Masson a contribué à la formation de l’une d’elle et a également formé à la réparation un archetier sorti de l’école de Mirecourt. Au sujet de la transmission du savoir-faire, elle constate que, parfois, expliquer n’est pas suffisant pour inculquer une technique. 

22. Apprendre en faisant des erreurs (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Petit rabot. Atelier de Sylvie Masson.

Pour elle, l’intérêt du métier est d’être obligé de sans cesse élargir son expérience.

23. Une expérience jamais terminée (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016

Elle a fait du violon à l’école de lutherie, ce qui l’a aidée à évaluer ses archets, tout en développant d’autre sens comme la vue.

24. D’autres sens (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Elle évoque des événements marquants et stimulants de la profession autour d’activités réunissant musiciens, luthiers et archetiers.

25. Les événements (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Finalement, elle a appartenu à divers groupes professionnels – l’ALADFI, le GLAAF, l’UNFI (Union nationale de la facture instru- mentale) – à une période où ils étaient souvent en rivalité plutôt qu’en relations de coopération, ce qui a changé par la suite, au béné- fice de la profession.

Vitrine de l’atelier de Sylvie Masson

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présenta- tion du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles généra- tions de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque

http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Masson, Sylvie (archetière) ; Claudot-Hawad, Hélène (anthropologue). L’archèterie au féminin : un grand défi des années 1970, Paris, 17 février 2016. Enregistrement numérique : 1h 46min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4972.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad.

Dans l’esprit de l’auteur : la restauration d’une contrebasse du XIXe siècle

a. Le luthier Camille Hommel, Marseille, 7 avril 2023

Cet entretien avec le luthier marseillais Camille Hommel concerne la restauration d’une contrebasse du milieu du XIXe siècle et les options choisies pour la remettre en état, sachant que beaucoup d’instruments anciens ont été retaillés au fil du temps pour répondre à des critères de mode ou de facilité de jeu.

b. Contrebasse de Paul Claudot (milieu du XIXe siècle). Atelier Hommel, mars 2023.

Camille Hommel présente l’instrument à la taille imposante de 1,80 m de hauteur. Il s’agit d’une contrebasse fabriquée il y a plus de 170 ans par le luthier d’origine mirecurtienne, Paul CLAUDOT (1805-1888). Camille Hommel souligne quelques caractéristiques de la contrebasse.

1&2. Beauté du bois et voûte taillée dans la masse (Camille Hommel, extrait de l’enquête hch_serie3_003)

Cet instrument était depuis longtemps dans l’atelier familial, acquis il y a plus de trois décennies en 1989 par Charles-Luc Hommel, père de Camille. Si bien que ce dernier connaît sa présence  depuis qu’il est petit. Cette contrebasse a échappé à la modification de sa forme d’origine,  une pratique qui a des implications à la fois sur la sonorité et sur l’esthétique des instruments anciens.

  1. Un instrument jamais transformé (Camille Hommel, extrait de l’enquête hch_serie3_003)

La restauration s’est effectuée en plusieurs étapes et à plusieurs mains. Un premier travail a été entrepris par Benoit Germain, alors qu’il venait d’arriver de l’atelier Muselet, spécialiste de contrebasses à Lille.

  1. Un début de restauration (Camille Hommel, extrait de l’enquête hch_serie3_003)
c. Contrebasse de Paul Claudot (milieu du XIXe siècle)

Après Benoit Germain qui avait travaillé sur la « table » de l’instrument, un autre luthier, Sam Morel est intervenu en 2020 durant la période particulière de la pandémie covid19. Empêché de rejoindre l’atelier du luthier de contrebasses David Gage à New York aux USA et bloqué à Marseille, il a alors travaillé pour la maison Hommel en reprenant la restauration de la contrebasse, grâce aux compétences acquises durant dix années passées dans l’atelier du luthier Patrick Charton à Saint-Etienne  réputé notamment pour ses contrebasses.

Finalement, celui qui conduira jusqu’au bout la longue et minutieuse restauration de cet imposant instrument à cordes frottées sera Camille Hommel, encouragé par un musicien intéressé par la contrebasse.

  1. Bloqué et actif : un autre luthier s’attaque à la restauration
d. Contrebasse de Paul Claudot (milieu du XIXe siècle)

Camille Hommel cite diverses opérations importantes de la restauration.

6. Enture, pièces de joues et trous à combler (Camille Hommel, extrait de l’enquête hch_serie3_003)

e. Restauration d’une contrebasse de Paul Claudot (milieu du XIXe siècle)

Ce type de restauration est chronophage – près de six mois de travail. Bien que l’instrument ait conservé un état fonctionnel sans fractures graves, par contre, au plan esthétique, il y avait beaucoup de petites pièces manquantes.

7. Beaucoup de petites pièces à restaurer

La restauration a pris du temps également à cause de l’exigence et de l’investissement du luthier lui-même qui dit avoir voulu faire un travail à la hauteur de l’instrument.

8- Le désir de qualité (Camille Hommel, extrait de l’enquête hch_serie3_003)

f. Contrebasse de Paul Claudot (milieu du XIXe siècle)

Cette contrebasse appartenait à l’orchestre de la SNCF à Marseille. Un paraphe à l’intérieur de l’instrument indique qu’elle a été réparée trente ans après sa fabrication par la Maison Granier à Marseille.

9. Une contrebasse qui n’a pas beaucoup voyagé  (Camille Hommel, extrait de l’enquête hch_serie3_003)

La contrebasse a gardé pratiquement toutes ses pièces d’origine, certaines n’ayant besoin que de renfort.

g. Mécaniques, contrebasse de Paul Claudot, atelier Hommel

10. Des pièces intactes d’origine (Camille Hommel, extrait de l’enquête hch_serie3_003)

Si Camille Hommel aime fabriquer des instruments neufs,  la restauration l’intéresse également. Les deux projets pour lui sont complémentaires,  impliquant des recherches similaires sur les instruments et  les modèles propres à un auteur, à un atelier, à une école et à une période définie. Pour restaurer la contrebasse, le luthier s’est mis dans l’esprit de l’auteur.

11-Dans l’esprit de l’auteur (Camille Hommel, extrait de l’enquête hch_serie3_003)

La signature du luthier Paul Claudot est gravée au fer sur le talon de la contrebasse. Sont évoquées les stratégies des luthiers pour ne pas que leurs marques soient usurpées et apposées sur des instruments qu’ils n’ont pas fabriqués eux-mêmes. A ce sujet, un procès en contrefaçon avait justement été intenté en 1888 par Paul Claudot contre un marchand d’instruments ayant utilisé indûment sa signature.

12- Etiquettes,  marques au fer, paraphes pour authentifier les instruments (Camille Hommel, extrait de l’enquête hch_serie3_003)

h. Marque au fer de Paul Claudot sur le talon de la contrebasse (milieu du XIXe siècle)

Née au milieu  du XIXe siècle, la  contrebasse a une patine liée à sa longue existence. Elle porte des traces de coups et de brûlures sur le corps et la tête. Quelques explications à ce sujet de Camille Hommel.

13. Coups et brûlures (Camille Hommel, extrait de l’enquête hch_serie3_003)

i. Contrebasse de Paul Claudot (milieu du XIXe siècle). La tête
j. Contrebasse de Paul Claudot. Détail

La patine du temps comprend également des traces marquées du chevalet (voir ci-dessus photo f) qui relèvent d’une habitude des contrebassistes d’inscrire avec une pointe l’emplacement du chevalet sur la table.

14. Des marques du chevalet (Camille Hommel, extrait de l’enquête hch_serie3_003)

 

Camille Hommel avec la contrebasse de Paul Claudot

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été en partie déposé à la phonothèque de la MMSH et pour la collection complète au Musée de la lutherie de Mirecourt. 

Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad a poursuivi ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt. Aujourd’hui, un nouveau phénomène apparaît : les descendants des nouveaux luthiers commencent à recréer des lignées de luthiers, réactivant le critère de la filiation comme facteur d’orientation professionnelle, dans un contexte cependant très différent de celui de la première moitié du XXe siècle.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Hommel, Camille (locuteur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). “Dans l’esprit de l’auteur : la restauration d’une contrebasse du XIXe siècle”, 23/03/2023, Marseille.  Enregistrement numérique : 18 min.

 Crédits photographiques : Hélène Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les “Nouveaux luthiers”, 2012-2023.

Un luthier explique comment est choisi le bois pour la fabrication du violon

Le luthier Pierre Claudot à l’établi, La Bouilladisse, vers 1985

Le luthier Pierre Claudot est interrogé ici sur le choix des bois pour la fabrication du violon : l’épicea (pour la table) et l’érable (pour le reste du corps de l’instrument), l’ébène pour la touche…

Le luthier explique qu’il faisait appel à des débiteurs de bois spécialisés qui connaissaient bien le métier et recherchaient les bois en fonction des besoins de la fabrication.

Marchands et bûcherons de bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse

Les meilleurs bois d’érable pour la lutherie venaient des forêts denses des Alpes moyennes. En effet, pour être de bonne qualité, le bois doit se développer lentement, ce qui le rend dur et dense.

Le beau bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

Certaines écoles françaises de luthiers du 19e siècle ont fait venir du Canada ou d’Amérique du Nord des érables à sucre qui sont éga- lement très beaux. Pour les épiceas, les meilleurs venaient de Suisse. Le luthier reconnait le bois de premier choix à l’œil autant qu’à l’oreille.

Test de sonorité du bois par le luthier Pierre Claudot

Le bois de lutherie est débité dans le sens de la longueur et coupé dans le fil.

Le débitage du bois de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

C’est le bûcheron qui sait à quel moment le bois doit être coupé, en fonction de la lune. Le bois plus ancien est plus cher tout simple- ment parce qu’il est certain qu’il ne bougera pas. Aujourd’hui le bois est séché dans des étuves mais en tant que luthier, l’informateur n’a jamais expérimenté cette méthode.

Le séchage du bois (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3988)

En effet, il conservait toujours du bois en avance qu’il surveillait par rapport à l’hygrométrie, au froid et aux insectes.

Atelier du luthier Pierre Claudot, La Bouilladisse

 

Ce billet présente un élément du corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé en partie à la phonothèque de la MMSH à partir de 2011 et en intégralité au Musée de la lutherie et de l’archèterie de Mirecourt.

Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Mittenwald en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail.

En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque: http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (luthier) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). “Un luthier explique comment est choisi le bois pour la fabrication du violon”. Courchevel, 18 juillet 1981. 1 cass. : 21 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3988.

Crédits photographiques : Clichés H. Claudot-Hawad. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques 

Le  luthier Pierre Claudot à Marseille vers 1930 (Archives Pierre Claudot)

Après plusieurs entretiens menés par sa fille ethnologue en 1981 puis en 1988, Pierre Claudot, alors âgé de 87 ans, est interrogé ici sur sa vie marseillaise par Mireille Jattiot-Cohu. Cette dernière est la petite-fille du luthier Denis Granier de Marseille chez lequel Pierre Claudot arrivé de Mirecourt a été embauché en 1928 et dont il prendra plus tard la succession. Pierre Claudot  raconte son parcours.

Naissance à Mirecourt  (Pierre Claudot, extrait de l’enquête 3486)

Sollicité par son oncle François, luthier à Dijon, qui n’a pas de successeur, il décide de s’orienter vers la lutherie, bien que sa mère soit assez réticente. Le contexte lui paraît favorable, d’autant que la guerre de 1914 a décimé une partie des spécialistes de la lutherie.

Le choix de la lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête 3486)

 

Pierre Claudot voit aussi dans cette orientation une possibilité de s’échapper de Mirecourt, dont le cadre familial et provincial semble l’étouffer. Il entre en apprentissage chez Thibouville.

L’apprentissage (Pierre Claudot, extrait de l’enquête 3486)

 

Son rêve d’indépendance est apparemment incompatible avec la vie à Mirecourt.

S’éloigner (Pierre Claudot, extrait de l’enquête 3486)

A la fin de son apprentissage, déçu par l’installation de son oncle à Dijon, il part travailler chez Dieudonné pendant trois ans à Mirecourt où il dit avoir beaucoup appris.

Perfectionnement chez Dieudonné (Pierre Claudot, extrait de l’enquête 3486)

Au retour de son service militaire, Dieudonné l’informe de deux demandes de luthier à Lille ou à Marseille.

De Mirecourt à Marseille (Pierre Claudot, extrait de l’enquête 3486)

Il gagne Marseille le 15 janvier 1928 âgé de 21 ans et demi pour être embauché par la maison Granier, installée 14 rue Paradis depuis 1877.

Fondateurs de la maison Barbet et Granier, puis Granier à Marseille (Archives P. Claudot)

Un contrat tacite (Pierre Claudot, extrait de l’enquête 3486)

Au-delà de l’adaptation aux climat et tempérament méditerranéens, il s’agit d’une véritable adoption de Pierre Claudot par la famille Granier.

Lors de la crise de 1933, Denis Granier abandonne la lutherie. Son neveu,  André Granier II (fils d’André Granier), et Pierre Claudot s’associent et ne conservent de la maison Granier que l’atelier dont Pierre Claudot deviendra propriétaire en 1937 jusqu’à sa retraite en 1973.

Effort de continuité (Pierre Claudot, extrait de l’enquête 3486)

Le luthier Pierre Claudot à l’établi et derrière lui André Granier II (Marseille, vers 1930) Archives Pierre Claudot

De son côté, Denis Granier ouvrira un magasin de peinture en exposant les artistes peintres dans l’arrière-boutique, mais quelques années après, il devra se réorienter à nouveau en travaillant dans l’aéronautique, pour revenir plus tard, après la guerre, à l’archèterie dans un petit atelier installé rue des Minimes.

Si Pierre Claudot évoque avec plaisir le parcours de son maître Dieudonné ou s’il narre avec détails la leçon de survie qu’a imposée la guerre de 1939-1945, c’est quand il parle de son métier qu’il trouve toute son aisance. Outre l’importance primordiale de la netteté du geste, il décrit quelques étapes de la fabrication d’un violon, les deux types de moules utilisés (en dedans ou en dehors) pour les éclisses, quelques techniques et progressivement le corps de l’informateur s’anime : il va chercher un instrument pour le présenter à l’enquêtrice, puis des outils, il va même jusqu’à la démonstration.

Il évoque les ouvriers habiles et rapides qui gagnaient leur vie à condition de faire dix beaux violons à la main par mois.

Le travail aux pièces (Pierre Claudot, extrait de l’enquête 3486)

Il y avait trois manufactures de lutherie à Mirecourt, au début du XXe siècle, qui embauchaient de nombreux ouvriers et avaient développé la technique du violon moulé.

Le violon moulé et les fabriques de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête 3486)

Enfin ce dernier entretien de Pierre Claudot se termine par un dialogue sur ce qui est appelé ”l’âme” du violon, cette petite pièce cyclindrique placée entre la table et le fond de l’instrument pour transmettre les vibrations soutenir la voûte.

Son : l’âme et la barre (Pierre Claudot, extrait de l’enquête 3486)

 

Le luthier Pierre Claudot ajustant l’âme d’un violon avec la pointe aux âmes, et à ses côtés Philippe Bodart, son successeur, à Marseille, vers 1973 (Archives Pierre Claudot)

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé sur les luthiers de Mirecourt et auquel a été ajouté l’entretien évoqué ci-dessus mené par Mireille Jattiot-Cohu , corpus déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011.

Présentation du corpus : Cette enquête ethnologique concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués par Hélène Claudot-Hawad à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Mittenwald en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes de travail. 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (interlocuteur) ; Jattiot-Cohu, Mireille (enquêtrice). Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques, 30 octobre 1993. 1 cass. : 33 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3486.

Crédits photographiques : Archives Atelier Pierre Claudot. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

 

 

 

 

 

Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie

Yves Morizot à l’établi chez lui à Mirecourt (coll. famille Morizot)

Le témoin de cette enquête, Yves Morizot, appartient à la génération d’apprentis luthiers des années 1950,  période qui correspond à une nouvelle crise grave du métier( ayant duré une vingtaine d’années). Il interrompt son apprentissage débuté chez son oncle, le luthier René Morizot, pour s’orienter vers d’autres débouchés, en rapport cependant avec la lutherie (il sera employé à la Sofraluth, Société Française de Lutherie).

Abandon de la lutherie (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 Yves Morizot décrit les coutumes de la corporation des luthiers et les occupations du dimanche ainsi que du lundi, jour ferié des luthiers.

Le jardin et la vigne (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il rapporte différentes anecdotes liées au métier et parle des farces que les luthiers avaient l’habitude de faire.

Les farces (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il décrit l’organisation « à la division » pour fabriquer les instruments, avec les ouvriers regroupés en « chantiers » selon les pièces à produire. Pour les ateliers artisanaux, il y avait aussi différentes spécialités : luthier, archetier, fabricant de têtes, vernisseur.

Le vernisseur (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

L’atelier de vernissage. Maison Laberte-Humbert (carte postale, début XXe siècle, extrait)

Les instruments, souvent transportés à bicyclette, circulaient ainsi entre les ateliers de lutherie, de sculpture de têtes, de polissage, de vernissage et aussi le domicile des artisans. Dans le travail manufacturé, les femmes faisaient le filetage, le moule, le polissage, le ratissage. Les grandes maisons comptaient autant de femmes que d’hommes chez les ouvriers.

Mirecourt. Une industrie du pays, la lutherie (Carte postale, début du XXe siècle)

Yves Morizot évoque le rythme de travail intense de ces artisans : 10 h par jour à quoi s’ajoutaient les “temps perdus”, c’est-à-dire le travail à domicile après l’atelier ou la fabrique, pendant le temps de repos ou les congés. La rapidité de fabrication était indispensable pour obtenir le rendement exigé. Il mentionne la qualité diverse des instruments en fonction de chaque artisan.

Trois violons par semaine (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

A Mirecourt, les seuls grands pôles d’activité étaient alors la lutherie ou la dentelle.

La lutherie ou la dentelle (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Les dentellières de Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Le témoin revient sur les anecdotes que transmettaient les anciens (luthiers, brodeuses) aux plus jeunes le soir au pied des maisons du Faubourg à Mirecourt.

Le « coyroye » (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Le Faubourg Saint-Vincent à Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Il mentionne aussi les activités pratiquées par les luthiers et liées aux saisons et à la nature (jardinage, champignons, escargots, pêche…).

Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon dans les années 1900 (carte postale)
Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon en 2012 (cliché H. Claudot-Hawad)

Ce billet présente un élément du corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011 et au Musée de la lutherie de Mirecourt. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la
phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier- de-luthier

Citer cette enquête : Morizot, Yves (interlocuteur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie. Mirecourt, juin 1982. 1 cass. : 30 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3495.

Crédits photographiques : Monsieur Yves Morizot à l’établi (collection particulière famille Morizot). Cartes postales du début du XXe siècle sur les ateliers de la Maison Laberte-Humbert, Mirecourt – La lutherie et Les dentellières, mises aimablement à disposition par Mme Morizot. Cartes postales du début du XXe siècle : Faubourg St-Vincent et Vieux Pont (archives A. Claudot). Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

La fille du propriétaire d’une fabrique de lutherie de Mirecourt dresse le portrait de la profession et de l’entreprise familiale

Maison Laberte-Humbert Frères à Mirecourt (carte postale)

Cécile Laberte est une descendante de la maison Laberte, fondée à Mirecourt en 1870 selon ses sources.

Sept générations dans la lutherie (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

Elle évoque, sans suivre de chronologie, le fonctionnement et les évolutions de la fabrique familiale au cours du vingtième siècle.

L’association avec Magnié (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

Durant tout l’entretien, elle présente les photographies de l’histoire de la fabrique. Son grand-père, Auguste Laberte, travaillait avec sa femme, qui s’occupait de la comptabilité. Il a transformé l’atelier en usine avant 1900 et a créé un prix pour encourager le beau travail de lutherie.

Prix Laberte (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

Maison Laberte-Humbert Frères à Mirecourt (carte postale)

Le père de Cécile Laberte, Marc Laberte, suit un apprentissage de lutherie pendant trois ans chez Poirson dit « Le Roi de Rome », mais ne pratiquera jamais le métier, il reprend l’affaire familiale et s’occupe de la commercialisation.

Apprentissage du père (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

Il en est de même pour le fils de Marc Laberte, Philippe, frère de Cécile, qui fera lui-aussi son apprentissage chez Camille Poirson (fils du luthier qui a formé son père), mais n’exercera pas en tant qu’artisan.

Apprentissage du frère (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

Maison Laberte-Humbert Frères. L’atelier de violoncelles (carte postale

En plein essor de l’atelier au lendemain de la première guerre mon- diale, il s’associe à Magnié, chacun assumant un rôle particulier dans l’entreprise.

Le partage des rôles (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

Certificat de garantie d’un instrument Laberte et Magnié

L’usine compte alors une quinzaine d’apprentis et les bâtiments sont composés de hangars de 70 mètres de long pour faire sécher le bois. La maison traitait le bois (séchage, scierie), réalisait des instruments manufacturés (destinés à l’étude) : violons, violoncelles, contrebasses, mandolines, guitares, les accessoires nécessaires à la pratique et à l’usage des instrument (étuis…). Des représentants travaillent à l’exportation de la production à travers le monde.

Maison Laberte-Humbert Frères à Mirecourt. Séchage du bois (carte postale)

Autour de l’activité principale, Marc Laberte possède un atelier artisanal (pour les beaux instruments fabriqués à l’ancienne) et Magnié développe (jusqu’en 1940) la fabrication de phonographes.

L’atelier de lutherie d’art (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

En 1925, la ville de Mirecourt compte, dans le domaine de la lutherie, trois fabriques (la Maison Laberte, la Maison Thibouville Lamy, la Maison Couesnon) et une multitude d’artisans. Les luthiers sont connus pour porter des surnoms, et aussi pour la défense de leurs secrets de fabrication.

La Maison essuiera deux crises économiques. Durant celle des années 1930, les luthiers de Mirecourt changent de métier, voire de ville. Cela entraîne la fin de la traditionnelle succession familiale dans les ateliers. Cécile Laberte finit par liquider l’atelier en 1972. Les femmes également travaillaient pour la lutherie (à domicile ou à l’usine), elles polissaient, vernissaient et garnissaient les étuis.

Polissage des violons par des ouvrières (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

Garnissage des étuis (Cécile Laberte, extrait de l’enquête n°3491)

Maison Laberte-Humbert Frères. Le vernissage (carte postale)

La fin de l’entretien reprend quelques thèmes abordés avec les autres témoins de l’enquête (la reprise de la fabrique, l’interruption de la succession, les horaires de travail…). La charte des Luthiers date du 15 mai 1732. Elle précise que les luthiers doivent honorer leur patronne, sainte-Cécile, le 22 novembre, date qui marque toujours à Mirecourt la fête de la profession.

Ce billet présente l’une des enquêtes du corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011 et au Musée de la lutherie à Mirecourt. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen/Mittenwald en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail.

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la
phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier- de-luthier

Citer cette enquête : Laberte, Cécile (interlocutrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). La fille du propriétaire d’une fabrique de lutherie de Mirecourt dresse le portrait de la profession et de l’entreprise familiale. Mirecourt, juin 1982. 1 cass. : 1h 25min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3491.

Crédits photographiques : Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Récit de vie d’un luthier qui fabriqua des violons dans sa maison natale de Mirecourt des années 1920 aux années 1980

Le luthier Jean Villaume à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing, LAPMO-CNRS)

Le luthier Jean Villaume (Jean-Baptiste à l’état civil), dit le Jeanjinot, est déjà intervenu lors d’une précédente enquête menée chez son frère aîné, le luthier Gustave Villaume. Une pièce du logis – dans lequel vit toujours le témoin – était déjà réservée à l’atelier du temps où son père travaillait, lui aussi luthier de profession. La maison est située dans un quartier du vieux Mire- court, anciennement fief de la profession.

Le luthier Jean Villaume et son épouse sur le seuil de leur maison à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Le quartier des luthiers (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Ce père sera mobilisé lors de la guerre de 1914, dont il reviendra pour mourir (en 1921). Les deux frères aînés de Jean sont dans la lu- therie, sa mère le place par commodité en apprentissage en 1917, il n’a pas encore douze ans. Trop petit de taille, on doit le surélever pour qu’il travaille à l’établi.

Luthiers de père en fils (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

De ses premières années dans le métier, Jean Villaume raconte l’ef- fort de travail difficile à fournir pour un enfant et les étapes de l’ap- prentissage sous le contrôle des plus grands.

L’apprentissage (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Il évoque les distractions du dimanche à Mirecourt (bal, cinéma, fan- fare municipale).

Les loisirs des luthiers (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

La “Musique” à Mirecourt en 1924 (Archives Pierre Claudot)

Il travaille dans la Maison Mougenot quelques années mais la quitte pour des raisons financières. Il embauche alors dans une nouvelle maison dont il n’apprécie cependant pas le travail qu’il juge grossier (pratique du moulage de la voûte et du fond au détriment du travail à la main).

L’expérience du violon moulé (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Au contraire, la fabrication artisanale des violons à la main est restée quasi identique des temps anciens jusqu’à aujourd’hui.

La fabrication à la main (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

L’atelier de Jean Villaume à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Jean Villaume travaille finalement à domicile, grâce aux commandes de son frère Gustave, devenu propriétaire d’un atelier à Nancy. Ils évoquent, avec l’enquêtrice, les différents hommes de leur famille liés à la lutherie et le rôle des femmes et filles dans les ateliers.

Emploi du grand-père maternel chez Darte (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Après avoir donné le contexte familial de son enfance, Jean Villaume revient sur les types de rémunération des luthiers, sur leurs difficiles conditions de vie et sur son souhait (assouvi) que ses enfants connaissent d’autres métiers avec de meilleures situations.

Les outils du luthier. Atelier de Jean Vil- laume à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

Véritablement passionné par chaque étape de la fabrication d’un instrument, Jean Villaume a encore les gestes dans les mains ; il illustre ce qu’il décrit par l’exposition des outils et la démonstration de leur usage. Il dit pouvoir reconnaître les violons de sa fabrication parmi tous, chaque luthier possèdant une facture et un style singuliers : “chacun a sa main”.

« Chacun a sa main » (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Il se fait aussi chroniqueur de la vie luthière de Mirecourt : il distingue les grandes maisons que sont les manufactures (Laberte-Magnié, Thibouville-Lamy) des artisans (dont Dieudonné, Mougenot…) dans les années 1920, et décrit quelques us et coutumes des luthiers (leur apparence vestimentaire, leur esprit frondeur et jovial, leur pratique de l’alcool).

L’esprit frondeur des luthiers (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Chez le luthier Jean Villaume à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Ce billet présente l’une des enquêtes du corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011 et au Musée de la lutherie à Mirecourt. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen/Mittenwald en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail.

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la
phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier- de-luthier

Citer cette enquête : Villaume, Jean (interlocuteur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Récit de vie d’un luthier qui fabriqua des violons dans sa maison natale de Mirecourt des années 1920 aux années 1980. Mirecourt, juin 1982. 1 cass. : 40 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3489.

Crédits photographiques : Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Parcours professionnels de luthiers (XXe-XXIe siècles) entre crises et renaissance

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search